Ascenseur

Chants juifs

Visuel Chants juifs

SONIA WIEDER-ATHERTON
+ Bruno Fontaine


Ce cycle de chants juifs est né de ma recherche sur la musique juive liturgique. Une musique aux racines si anciennes qui a accompagné le peuple juif durant des siècles de pérégrinations.
Je me suis intéressée à des mélodies de différentes sources, mais ce qui m’a véritablement inspiré, c’est le chant des cantors, ou hazans, et son expressivité intérieure, intime, contenant pourtant une telle force d’expression.
Dans cette musique, le populaire et le sacré se confondent. Qu’elle soit gaie ou triste, lente ou rapide, prière, chant populaire ou encore danse, elle est toujours partage et intimité.
J’ai senti que je connaissais cette musique depuis toujours, depuis bien avant ma naissance, c’était une impression étrange.
Après ce cycle, je voulais rester dans l’intimité que crée le conteur et j’ai choisi de me tourner vers l’Espagne et l’Amérique du Sud, avec Montsalvadge, Salgan et Piazzolla. Dans ces régions du monde, chaque moment important de la vie est l’occasion d’un chant ou d’une danse, mais avec un rapport au rythme tout autre. Un rythme toujours présent, dans une berceuse, dans une ballade comme bien sur dans un tango.
Et pour finir, l’extraordinaire sonate de Britten écrite en 1961, qui pour moi résonne de manière mystérieuse avec le reste de programme. Elle semble poursuivre la « conversation » du début de la soirée, être une réponse à l’« Élégie » et terminer par un finale dont le coup d’archet rythmique en ricoché nous rappelle étrangement le Tango de Salgan.


« Une chanson c’est ce qu’on chante à un enfant. C’est ce timbre de voix qu’il retiendra. L’intonation, la manière de chuchoter les mots, de répéter les refrains, l’accent peut-être. Les occasions où on a chanté des chansons, ou pas chanté. C’est le bruit dans les rues, les cris des voisins dans la cour, le son des klaxons. Pour moi par exemple le bruit particulier que font les grosses voitures automatiques américaines sillonnant les avenues est une chanson. Le bruit des pelles en métal grattant la neige en Russie en est une autre. La chanson a un lien direct avec l’origine. C’est une petite mélodie qu’on remarque à peine mais qui est là quelque part. Un petit sifflement comme celui de Joséphine, la cantatrice de Kafka .
Mais quand je parle d’origine je ne parle pas de l’enfance et de souvenirs précis, je parle d’une sensation d’appartenance à un univers dont la chanson fait partie.
C’est ce que Gilles Deleuze appelle la ritournelle :
"C’est quand je fais le tour de mon territoire, j’essuie mes meubles, y’a un fond de radio, je suis chez moi."
Un lieu donc, chez soi. On y est, on en sort. Un mouvement continu entre y être et en sortir. C’est la relation de ma chanson avec le monde, la manière dont j’emmène ma chanson, la transforme, la modèle, l’interroge, la mélange et la confronte qui peut s’appeler la création.
Et cela m’amène à parler de la notion de populaire. Le populaire ce sont toutes ces chansons, c’est aussi le son ébouriffé de bruits humides d’eau du Danube de Janácek et les Chants de la Terre de Mahler.
C’est la manière unique d’un interprète de dire une phrase qui fait qu’on le reconnait dès son premier son, avec sa propre ponctuation.
Comment dès lors séparer la musique classique de la musique populaire, ou la musique du monde, encore pire les hiérarchiser ? Ce serait comme ne reconnaître que la partie gauche d’une personne. Et point la droite. Ou bien de vouloir les séparer. »

Extrait des « Quatorze récits » de Sonia Wieder-Atherton

Vicky et musiciens


PROGRAMME

Cycle de Chants juifs traditionnels
Prière (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton, J.-F. Zygel)
Question (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton)
Psaume (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton)
Nigun (Jean-François Zygel)
Kaddish (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton)
Psalmodie (Jean-François Zygel)
Conversation (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton)
Elégie (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton)
Danse (traditionnel, arrangement S. Wieder-Atherton)

***

Montsalvage / Cradle song for a little black boy
Salgan / A fuego lento
Piazzolla / Ballade pour un fou
Britten / sonate pour violoncelle et piano en do Majeur

Durée : 90 mn avec entracte


MUSICIENS

Sonia Wieder-Atherton / violoncelle
avec
Bruno Fontaine / piano