Ascenseur

Odyssée pour violoncelle et choeur imaginaire

Télécharger VIDEO TEASER (PRESENTATION) Télécharger VIDEO LA NOURRICE Télécharger VIDEO EXTRAIT CONCERT (ADIO) Odyssee Télécharger LA CROIX / DECEMBRE 2013 Télécharger LIBERATION / MARS 2013 Télécharger LE MONDE / MARS 2013 Télécharger TOUTE LA CULTURE.COM / MARS 2013 Télécharger L'HUMEUR VAGABONDE / FRANCE INTER / MARS 2013 Télécharger L'ATELIER / FRANCE INTER / MARS 2013 Télécharger LA GRANDE TABLE / FRANCE INTER / MARS 2013

« Après Chants Juifs et Chants d’Est, j’aborde le troisième volet de mon triptyque, la Méditerranée. Il m’est très vite apparu que dans mon imaginaire, la Méditerranée c’est d’abord une image. Celle d’une scène ronde, au par terre de sable noir, entourée de gradins en pierre. Une femme seule, entourée par la mer, parle, crie chuchote. A la terre, aux Dieux, à elle-même.
Son Odyssée est une succession d’aventures au cours desquelles elle est confrontée au vent, aux vagues, au chaos, à la tempête, aux sanglots, à un chœur imaginaire ... Peut-être que cette femme c’est moi, et que sa voix serait celle de mon violoncelle. » Sonia Wieder-Atherton


Sonia Wieder-Atherton / Conception, musique et création bande-son
Franck Krawczyk / Collaboration musicale
Franck Rossi / Réalisation bande-son
Romain Pellas / Décor
François Thouret / Création lumières


UNE ODYSSEE EN 13 AVENTURES
L’Explosion - Avant Le Son - Le Récit - Chaos - La Tempête - Le Cri - La Nourrice - Cantique – Vertige - Les Vagues – Le Retournement - Casta Diva - Adio

PROGRAMME
Musiques de Sonia Wieder-Atherton, Franck Krawczyk, Georges Aperghis, Jean-Sebastien Bach, Enrique Granados, Sergueï Prokofiev, Vincenzo Bellini, Robert Schumann.

DUREE : 70 mn sans entracte

Odyssee 2


NOTE D’INTENTION
« Cette Odyssée est le troisième chapitre de ma trilogie.
Chants juifs, chants d’Est, puis aujourd’hui chants de la Méditerranée qui devient Odyssée pour violoncelle et choeur imaginaire.
Une transformation qui, il me semble, dit beaucoup sur le projet.
Déjà bien avancée dans le travail, j’ai senti comme si la musique me repoussait ; comme si elle me disait « ne me prends pas comme point de départ, poses toi certaines questions et reviens. »
Alors j’ai commencé à me poser des questions.
Quel est mon imaginaire de la Méditerranée ?
Par quel angle y entrer ?
Même si des trésors de moments musicaux collectés depuis des années m’attendaient, pourquoi ce blocage ?
C’est par la répétition d’images qui me revenaient encore et encore que j’ai commencé à trouver des réponses.

D’abord une unité de lieu.
Une scène ronde, au par terre de sable chauffé par le soleil brûlant, entourée de gradins en pierre.
Le soleil brûle.
Une femme seule.
C’est dans ce lieu qui fait face à la mer que tout se passe.
Que se vit la relation passionnelle avec les Dieux,
Que se livrent les batailles.
Que se succèdent les aventures.
Etat de drame, état d’amour, état de fureur, état d’attente, état de rêve….

J’ai compris que pour entrer dans cette histoire, je devais être seule dans ce lieu. M’enlever tout support connu ; support harmonique, de timbres ; de présence même.
Me confronter seule aux éléments.
A la mer, à la tempête, au vent, aux sirènes de bateaux. Aux clameurs. Au silence quand brûle le soleil et que même les grillons se taisent.
Etre submergée, résister, ne jamais être témoin mais actrice.

Ainsi est née l’idée de bande son.
J’ai commencé une longue collecte de nombreux sons de sources différentes. Films ( Médée de Pasolini, Stromboli de Rossellini) scènes vivantes, bibliothèques de sons….
Je me mis à travailler cette matière sonore avec Franck Rossi. A mélanger, distordre, traiter, superposer les sons. Créer un scénario sonore.
Un scénario que je construirais par « aventures » dans une notion de temps onirique.
La musique pouvait enfin revenir, j’étais prête. »
Sonia Wieder-Atherton


Production déléguée : Madamelune
Coproduction avec La Gaîté Lyrique, Théâtre du Jeu de Paume (Aix-en-Provence), L’Abbaye de Noirlac, La Maison de la Musique de Nanterre, Le Théâtre de Saint-Quentin en Yvelines, L’Arsenal de Metz
Avec le soutien de la DRAC île de France et de l’ADAMI