Création scénique

CHANTAL ?

AVEC

Sonia Wieder-Atherton (violoncelle)
Stanislas Merhar (Voix)

Lire la vidéo

À PROPOS

Un dialogue entre un film, un violoncelle et un texte.

Le film c’est Saute ma ville, premier court-métrage (1968) de Chantal Akerman. Avec elle ses silences, ses gestes burlesques et graves, ses ritournelles. Le violoncelle c’est la musique de Bartok, de Prokofiev, de Janacek, une énergie foudroyante, mélange de couleurs, de thèmes populaires et de chants profonds. Le texte c’est le livre de Chantal Akerman, Une Famille à Bruxelles, comme un murmure qui ne termine jamais, comme une prière.

Le film se répètera trois fois. Chaque fois, les rencontres entre les gestes et les sons, entre les ritournelles et les murmures, entre les mots et les silences, se placeront différemment sur les images.
Chaque fois dans un agencement nouveau du temps. Avec Chantal.


Chaque fois dans un agencement nouveau du temps.
Avec Chantal.

 
«  Une installation déroutante et rare qui interroge chacun face à l’œuvre protéiforme de Chantal Akerman. »

MUSIQUES

Sonate, Presto / Melodia, Béla Bartók ; Leoš Janáček, Poème morave, arrangement de Sonia Wieder-Atherton ; New York Quatuor, Sonia Wieder-Atherton ; Prière juive (traditionnelle) arrangement de Sonia Wieder-Atherton ; Cadence extraite de La Symphonie concertante, Op.125, Sergueï Prokofiev

FILM

Saute ma ville, Chantal Akerman, 1968

TEXTE Une famille à Bruxelles, Chantal Akerman, 1998 Le texte Une famille à Bruxelles de Chantal Akerman est publié et représenté par L’Arche, éditeur.

PLUS DE VIDÉOS

crédits & remerciements

AVEC LE SOUTIEN DE

La Fondation Chantal Akerman

PRODUCTION

Walter Films

PHOTOS

©RBG

Nouvelle sortie

BACH: Cello Suites Nos. 3 & 4

« Il s’agit de creuser la corde jusqu’à ce que naisse la phrase, ainsi que sa respiration juste. Une phrase en perpétuel devenir. Qui n’en finit pas de se faire et de se refaire. Pour les enregistrer longtemps j’ai attendu. Et puis voilà un jour, ou plutôt une nuit, j’ai commencé. »